On continue dans le monde de la restauration avec Sarah Lasfar, fondatrice et CEO de Eats Eazy, une startup de la food tech « pour ceux qui ont mieux à faire qu’attendre au resto« . Installée à la Station F, Sarah Lasfar nous raconte comment est né le concept de Eats Eazy  !

Avant de parler de Eats Eazy peux-tu nous parler de toi ? 

Je m’appelle Sarah Lasfar, fondatrice et CEO de Eats Eazy créée en 2018. De formation Grande École de  Commerce et Finance appliquée, j’ai travaillé durant 8 ans dans le domaine de la FinTech à  l’international, auprès de banques centrales et d’investissement. Fréquente consommatrice de restauration dans le cadre professionnel, je me suis lancée dans l’entrepreneuriat avec une vision bien précise : réinventer l’expérience de restauration assise.

En effet, la  restauration traditionnelle n’est pas à l’heure du digital et de l’excellence de l’expérience client. Ma mission aujourd’hui est de continuer de faire grandir Eats Eazy et d’en faire la meilleure app de booking de restaurant, offrant l’expérience parfaite, de la réservation au paiement. J’accorde beaucoup d’importance aux valeurs de respect, de rigueur et surtout  d’engagement, car pour que tout projet se réalise et connaisse le succès, il faut être à fond,  sinon ça ne peut tout simplement pas marcher.

En parallèle, je suis membre du comité exécutif de l’IE-Club, un club promouvant la rencontre entre start-ups et autres acteurs de  l’écosystème de l’innovation (grands groupes, VC, acteurs institutionnels etc.). Ce club organise tout au long de l’année de nombreux événements de networking, des trophées de  l’innovation, et cette année, un grand événement lié à l’entrepreneuriat féminin. 

eats eazy

Peux-tu nous présenter le concept de Eats Eazy ?  

Chez Eats Eazy nous avons pour objectif de réinventer l’expérience client au restaurant. Aujourd’hui, grâce à la digitalisation, de nombreux outils permettent d’améliorer cette expérience pour la livraison et la vente à emporter mais, jusqu’à présent, il n’existait pas de solution pour perfectionner le parcours client en restauration assise. L’idée est venue d’une frustration continue lorsque nous allons au restaurant entre collègues ou amis et que l’on se retrouve souvent à devoir attendre, surtout au moment de la commande et du paiement. Pour nous, l’expérience client est dégradée, d’où notre envie de fluidifier le parcours grâce à Eats  Eazy.

Peux-tu nous expliquer comment ça fonctionne ? Il y a une application ?  

Nous intégrons le parcours client de A à Z. Lorsqu’un utilisateur se rend sur notre site, il va pouvoir réserver une table et choisir son repas. Les éternels indécis ont la possibilité de choisir sur place. Ensuite, le paiement fonctionne comme celui du modèle VTC, c’est-à-dire qu’à la fin du repas, l’utilisateur est automatiquement débité du montant de son repas et reçoit une facture électronique. Lors de la réservation, deux options sont proposées à l’utilisateur : il  peut choisir de régler l’ensemble de l’addition ou partager le paiement avec ses convives.  Notre solution permet d’éviter de faire la queue et de perdre du temps. Concernant les  applications mobiles, elles sont en cours de développement et seront disponibles  prochainement. Le site www.eatseazy.com est quant à lui aussi adapté aux smartphones et tablettes. 

Comment avez-vous évolué avec cette période (covid) ?  

Dans un premier temps, nous avons été impactés de plein fouet par la fermeture des restaurants, mais nous avons rapidement mis en place des services de livraison à domicile ou de click & collect avec nos partenaires. Nous veillons à contribuer au maximum à l’activité de nos restaurants partenaires et nous encourageons les clients de notre plateforme à commander engagé pour soutenir les restaurateurs. Il y a une véritable dynamique qui s’est créée dans le monde de la restauration grâce au digital et nous ne reviendrons pas en arrière, c’est sûr. 

Où se trouvent vos locaux ?  À quoi ressemblent vos  bureaux ?  

Nos bureaux se situent à Station F, le célèbre incubateur de startups créé par Xavier Niel. C’est un campus regroupant tous les acteurs de l’écosystème startup  (jeunes pouces, mentors, communauté de fonds d’investissements, bureaux  d’administrations…). Notre environnement de travail est très moderne, les locaux ayant été inaugurés en 2017, nous avons la chance de travailler dans des conditions agréables. Nous travaillons dans de grands open space où chaque startup a des bureaux attitrés. Les réunions, les présentations ou encore les appels téléphoniques ont lieu dans des meeting rooms modernes et équipées qu’il faut réserver à l’avance. L’univers de Station F c’est aussi des espaces communs originaux, des bureaux atypiques et de la convivialité. Station F c’est comme voyager dans le futur.

eats eazy

Ce n’était pas compliqué de trouver des bureaux à Station F ?  

Pour intégrer Station F, il faut postuler à un des programmes hébergés par le campus. Les programmes ont des concours d’entrée différents, le nôtre recrute sur dossier dans un premier temps, puis des entretiens vidéo si l’on passe la première phase de sélection. Il y a une trentaine de programmes différents selon les industries (Founders, TF1, LVMH, HEC, BNP,  Microsoft, Facebook …). Le taux de sélectivité de notre programme est de 6% ! La compétition pour entrer était rude.  

Des perspectives d’avenir pour 2021 ?  

La crise sanitaire a renforcé notre proposition de valeur avec l’essor des menus en ligne et des paiements sans contact. Les retours de nos clients et de nos restaurateurs sont très positifs  quant à la qualité de nos services et de l’expérience. Cette période nous a également permis d’identifier de nouvelles opportunités, notamment sur les sujets de digitalisation des  restaurants d’entreprise pour assurer la sécurité des personnes et faciliter la mise en place  des mesures sanitaires, ainsi que du parcours collaborateur en entreprise de manière  générale. La ‘digital workplace’ sera un sujet majeur à l’avenir.

Une anecdote que tu souhaites partager ? 

Nous avions participé au salon annuel de la Bpi lors duquel nous avons présenté notre service.  Nous avions prévu quelques boîtes de fraises tagada pour le côté convivial et je crois que nous avons été rapidement dépassés par leur succès ! Une personne faisait des allers et retours juste pour en reprendre… Un conseil suite à cela : c’est une technique qui vous apportera du passage mais pas forcément les bons interlocuteurs business 🙂


Merci à Sarah Lasfar d’avoir pris le temps de répondre à nos questions. Rendez-vous sur eatseazy.com pour pré-commander votre prochain repas et soutenir les restaurateurs partenaires ! N’hésitez pas à suivre toute l’équipe sur Instagram et Facebook.

Vous êtes entrepreneur ou entrepreneuse et vous souhaitez partager votre expérience ? N’hésitez pas à nous contacter par mail : [email protected] Pour consulter les autres interviews de Ma vie d’entrepreneur :

Laura Binabout