Aujourd’hui nous partons à la rencontre de Sébastien Garnier et Raphaële Garrigoux les co-fondateurs de Bluebird, un cabinet de conseil en immobilier d’entreprise indépendant.

Avant de parler de Bluebird, pouvez-vous nous parler des fondateurs ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’entreprenariat ?

Sébastien Garnier et moi même (Raphaële Garrigoux) nous sommes lancés dans l’aventure Bluebird Immobilier en 2015 avec l’idée de créer un cabinet de conseil en immobilier d’entreprises indépendant vis-à-vis des acteurs du marché. Cette indépendance est la clé pour pouvoir délivrer un conseil à forte valeur ajoutée pour les entreprises et sans conflit d’intérêts. Arthur, Vincent et Chloé, nos trois autres associés, ont rejoint l’aventure peu de temps après lorsque nous les avons approchés. Mais l’histoire a commencé bien avant 2015 puisque nous avons travaillé tous ensemble pendant plus de 10 ans dans une structure indépendante de conseil, rachetée en 2014 par un broker international. L’occasion pour nous de partir et de se lancer. Nous nous connaissions tous les 5 parfaitement et avions vécu de belles histoires communes avec nos clients jusqu’ici. Nous savions la capacité de chacun à se lancer dans un cadre entrepreneurial. Je suis architecte DESA, Sébastien est diplômé en urbanisme à Sciences-Po Paris, Arthur est plutôt le financier de l’équipe (Dauphine, EM Lyon), Chloé est diplômée du Master Immobilier de l’Essec et Vincent est titulaire d’un Master Business et Management de l’ISC Paris. C’est aussi sur cette complémentarité que nous souhaitions miser, convaincus qu’elle constituait l’un de nos principaux atouts. Depuis l’équipe s’est étoffée et nous sommes aujourd’hui 10 consultants aux compétences enrichies (ESTP, droit immobilier…). Nous cherchions aussi à retrouver de la simplicité dans le fonctionnement quotidien d’une équipe et à horizontaliser notre organisation. 6 ans après, nous sommes plutôt fiers du chemin parcouru et de voir que nous sommes restés fidèles à ce que nous voulions être à savoir un structure à taille humaine engagée pour ses clients.

equipe bluebird

Quel type d’entrepreneurs êtes-vous ?

En créant Bluebird, nous ne cherchions pas à disrupter quoique ce soit. Nous pensons que le conseil doit rester un métier à dimension humaine. Nous sommes donc partis vers ce que nous savions faire en développant une expertise que nos clients ne trouveraient pas ailleurs. Collectivement, nous avons une vision long terme et ne cherchons pas à faire des coups. La confiance est le dénominateur commun entre les membres de notre équipe, nos partenaires et surtout nos clients. Nous sommes des conseils, pas des mercenaires. Il faut donc pouvoir compter les uns sur les autres, être réactifs, à l’écoute. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes organisés le plus horizontalement possible pour pouvoir répondre à un client dans son intégralité. Nous ne faisons pas de différence entre petits projets, grands projets, quartiers d’affaires, marchés secondaires… Chacun de nous pilote ou contribue aussi bien à des projets de 200 m² comme de 40 000 m², sur toute la France sans distinction. Pour autant, nous ne sommes pas une organisation holacratique ou libérée. Ce qui n’empêche pas d’être tous engagés vers un même objectif.

Si vous deviez présenter Bluebird en un tweet (moins de 280 caractères), ça donnerait quoi ?

@BluebirdImmo, accompagne et représente les entreprises dont l’immobilier n’est pas le cœur de métier #conseilutilisateur #strategieimmobiliere #conseilindependant.

C’est un peu court comme présentation, pouvez-vous nous en dire plus ?

En d’autres termes, nos clients sont les utilisateurs, rien que les utilisateurs. Nous proposons aux entreprises une alternative aux agents immobiliers, qui conseillent d’abord les bailleurs à commencer par la commercialisation de leurs immeubles. En choisissant Bluebird, nos clients font le choix de l’indépendance, de la confidentialité et de l’absence de conflit d’intérêts. Quand on sait que l’immobilier est le 2ème poste de coûts dans la plupart des entreprises, les enjeux peuvent être colossaux. Alors autant choisir un conseil qui défendra le mieux vos intérêts ! Concrètement, nous accompagnons les directions générales, financières et immobilières, à définir et mettre en œuvre leurs projets en leur donnant un maximum de visibilité sur les différentes options qui s’offrent à eux, en réponse à leurs enjeux d’entreprise. Nos clients sont de grands groupes français ou internationaux ou encore l’Etat dont nous sommes l’un des conseils. Nos missions couvrent un large spectre depuis la stratégie immobilière (schéma directeur, modélisation et comparatif de scenarios, stay or move, valorisation d’actifs…) jusqu’à la finalisation d’un engagement immobilier (renégocier un bail, prendre à bail un nouvel immeuble, construire, faire-construire, vendre un siège historique ou un actif non stratégique…).

Quelles sont vos expertises ?

Nos clients viennent nous chercher pour des sujets très confidentiels, souvent très complexes et notre « agilité » est clairement ce qui les intéresse au tout premier plan. Il veulent précisément une expertise qu’ils ne trouvent pas chez les acteurs traditionnels du conseil. Pour rentrer dans le détail sans être non plus trop techniques, je résumerai nos expertises comme étant l’approche combinée des visions économiques, juridiques, architecturales et marché de la problématique immobilière d’une entreprise. Nous partons toujours d’un contexte et d’une stratégie d’entreprise pour aller vers la solution qui saura le mieux répondre aux enjeux de notre client. En faisant bouger les curseurs, et grâce aux profils complémentaires qui constituent notre équipe, nous sommes capables d’apporter une vision complète des impacts de chaque critère selon les objectifs du projet : flexibilité des espaces et des baux, améliorer l’attractivité de l’entreprise auprès de futurs talents (localisation, confort, design, usages…), réaliser des économies, gérer une problématique de cash management, être plus vertueux du point de vue de la RSE, … Une fois que notre client a validé sa stratégie immobilière, nous l’accompagnons dans la défense de ses intérêts vis-à-vis des opérateurs (bailleurs, promoteurs, agents immobiliers, co-workers…), qui eux, sont des professionnels de l’immobilier. Le rôle de Bluebird est ainsi de rétablir l’équilibre dans les phases de négociation. Notre mission s’arrête lorsque les engagements immobiliers sont finalisés.

À quoi ressemblent vos bureaux ? Vous êtes plutôt open space ou un bureau fermé ?

Nos locaux se trouvent dans le 9ème arrondissement, à proximité de la Gare Saint-Lazare qui est le nœud de transport parfait et nous permet de se déplacer facilement, d’autant que nous avons abandonné depuis bien longtemps la voiture dans Paris. Une partie de notre métier est justement d’aider nos clients à trouver leur futurs bureaux. Nous avons donc mené notre recherche comme nous l’aurions fait pour l’un de nos clients, par le biais des outils et bases de données immobilières que nous utilisons quotidiennement. Notre recherche ciblait des petites surfaces (< 500 m²), donc un marché très diffus avec beaucoup d’offres de qualité très hétérogène. Geolocaux nous a d’ailleurs permis de gagner un temps précieux. Au final, nous avons choisi des locaux ouverts avec deux grands open space, deux salles de réunion et un grand espace de vie que nous utilisons aussi bien pour travailler que pour les événements de l’équipe. Chacun respecte la concentration des autres, ce qui n’empêche pas à l’information de circuler vite, en circuit court. Les décisions sont prises rapidement et si nous avons besoin de nous isoler pour des échanges plus longs nous le pouvons évidemment. Comme tous nous avons hâte de retrouver cette vie en collectivité.

bureau bluebird


Un conseil à donner pour une personne qui hésite encore à se lancer ?

Se lancer ne veut pas forcément dire sauter dans le vide et tout plaquer. Ça veut dire que vous avez déjà bien avancé dans votre réflexion et que vous êtes prêts à appuyer sur le bouton. Mesurez votre risque et s’il vaut la peine d’être pris, vous pouvez sauter. Aussi, en tant qu’entrepreneurs on a constaté que la taille et la jeunesse de l’entreprise n’avaient finalement pas autant d’importance que l’idée qu’on pouvait s’en faire. Comme « POC » forts, de grands groupes comme BVA, Carrefour, Capgemini, EY ou l’Etat – que nous ne remercierons jamais assez d’ailleurs – nous ont très vite fait confiance et nous ont permis de valider notre positionnement et notre offre de conseil. L’amorce était faite, nous pouvions nous consacrer activement au développement de Bluebird.

Des perspectives d’avenir pour 2021 ?

2021 est clairement une année charnière. De notre point de vue, nous avons un regain d’activité très fort depuis le mois de septembre 2020 et ça ne désempli pas. Nous allons finaliser près de 70 000 m² de transactions sur le 1er semestre ce qui montre que la période d’attentisme est plutôt derrière nous. Nos clients nous sollicitent énormément pour anticiper leurs besoins post-confinement et prendre des décisions qu’ils avaient dû reporter en 2020. Plus globalement, on constate aussi que la crise a fait émerger énormément de nouveaux concepts, services, produits, pratiques… dans de nombreux secteurs. Pour l’immobilier, le principal impact restera évidemment le télétravail et ses conséquences pour les salariés comme pour les entreprises. Nous sommes dans un laboratoire à ciel ouvert dans lequel commencent à se dessiner les usages de demain : bureau, coworking, télétravail… Cette hybridation des modes de travail est un formidable challenge à relever pour Bluebird dans un monde redevenu « normal ».

Une anecdote que vous souhaitez partager avec nos lecteurs ? 

En plein confinement, nous avons été sélectionnés par le jury du SIATI 2020 qui réunit chaque année les acteurs de l’aménagement des Territoires et de la Ville. Passé l’effet de surprise, nous avons préparé notre audition et présenté notre candidature dans la catégorie « Conseil aux Utilisateurs : stratégie d’accompagnement la plus innovante ». Il s’agissait de retracer la mission que j’ai conduite avec Arthur pour CCI France et qui avait abouti à un swap (échange) d’actifs. Opération complexe qui a nécessité beaucoup d’énergie, de compétences et d’expertises diverses et qui nous a permis d’acquérir une expérience unique sur un montage de ce type. Cerise sur le gâteau, nous avons été désignés lauréats par le jury ! Nous sommes habituellement assez discrets (confidentialité oblige) mais cette distinction nous a rendu particulièrement fiers en cette période où il ne se passait pas grand-chose sur le marché. Et pour une première participation, nous ne nous attendions vraiment pas à recevoir un prix. Cette reconnaissance nous a beaucoup touchés.


Merci à Raphaële Garrigoux d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, rendez-vous sur leur site internet pour trouver une solution adapté à vos enjeux. Vous êtes entrepreneur ou entrepreneuse et vous souhaitez partager votre expérience ? N’hésitez pas à nous contacter par mail : co[email protected]

Pour consulter les autres interviews de Ma vie d’entrepreneur :

Laura Binabout